Cette fois, c'est Pierre Brancaleone (RAD Motorcycle) qui fournit le pass indispensable pour des photos "dynamiques"...
Le compte-rendu textuel est téléchargeable en cliquant ici.

Voici les images, en commençant par une galerie de portraits...
Photos prises dans les stands, en pré-grille, sur le vif.
Comme toujours, les images appartiennet à l'auteur, mais aussi aux personnes photographiées, n'étant pas dans le cadre de la démonstration.
Donc chacun peut réclamer son exemplaire, il l'aura gracieusement, à défaut de rapidement, laissez moi le temps de rentrer chez moi...
Ensuite les photos sur piste par série.
Tout le monde ne sera pas photographié, c'est impossible.
Certains ne le seront pas, d'autres plusieurs fois, c'est la loi du hasard et de la chance.
J'ai mis du temps à voir qu'un photographe s'était interposé entre moi et le sujet, ce qui rendait un peu foldingue la mise au point, donc des floues.
Il en reste quand même plus de 900 à consulter, bon courage !

Portraits, cliquez ici !
Série A, cliquez ici !
Série B, cliquez ici !
Série C, cliquez ici !
Série D, cliquez ici !
Série E, cliquez ici !
Série G, cliquez ici !
Série H, cliquez ici !
Série I, cliquez ici !
Série J, cliquez ici !
Série K, cliquez ici !


Attention, arrivée imminente d'un train complet de photos... éloignez-vous de la bordure de l'écran !

Le soleil était au zénith, les contrastes sont très durs, vos écrans vont souffrir, bien fait, fallait y aller :)

Pour amorcer ce Moto Légende, quelques réflexions...
Tout d'abord, l'accueil a été parfait, personnel aimable, courtois tout en étant sérieux, l'idéal.
Merci également, et surtout, à Philippe Bidaut et Henri-Michel Leurette pour m'avoir fourni les accessoires indispensables (accès piste...) à l'exercice d'une de mes passions essentielles.
J'ai moins photographié sur la piste qu'habituellement, j'avais fort envie de rencontre physiquement des contacts par internet.
Cela fut fait, et après s'être croisés pendant plusieurs années, nous nous sommes enfin rencontré avec Francis Boutet. Nous en sommes venus aux mains rapidement, dans le sens où nous nous sommes fortement secoués les dextres :)

J'ai enfin pu concrétiser des conversations menées par mail, et c'est avec un plaisir certain que nous avons pu discuter avec Jean-Luc Borgetto, chef d'orchestre sur 3 et 4 cylindres (en attendant sa symphonie à 4 temps et 5 cylindres).
Gilles Hampe, que je suivais en endurance dans les années... avant disons, quand il faisait équipe avec Fabien Gibol. Le hasard (mais y a-t-il vraiment du hasard) a fait que le papa (présent à ML) était constructeur d'automobile sur lesquelles a couru notre ami Philippe Bochet (jeune retraité) avant de devenir concessionnaire Honda motos à Pau
Rencontre également avec ma deuxième famille, Assante, où nous avons longuement conversé, donc ils sont forcément responsables de la non présence de certaines séries sur les photos...
Merci à Madame et Monsieur Chandler pour le petit coup de pouce destiné à ma compagne.
La famille Charnollé, les trois frères, et le chef de file Julien, toujours aussi discret, alors que c'est un maître en mécanique.
Et au fil des stands, Érick Villa et ses superbes restaurations de 350 Motobécane/Motoconfort.
Discussion passionnante aussi avec Bernard Deleuze, premier préparateur d'une 125 Motobécane.

Et bien entendu, j'aurai dû commencer par elle, Marie-Paule qui m'avait envoyé un message de soutien après le refus d'accès piste de 2006.
L'écurie Godier-Genoud ne pourrait avoir une meilleure ambassadrice :)

Et bien d'autres que l'on peut découvrir dans les portraits.

Place aux premières images classées par séries, mais dans le désordre...

Série D, cliquez sur moi !

Série G, cliquez sur moi !

Série I, cliquez sur moi !

Un peu de Parc !

Quelques portraits !
avec, parait-il, une image rare, à vous de trouver :)

Une prégrille !

Les images à Catherine, c'est ici !

Et à l'occasion, vous pouvez visiter son site : www.cathe-maisonnier.com

La série A, si vous avez l'impression que l'on voit plus souvent la Honda numéro 7, c'est vrai. Si vous aviez un fils vous ne le photographieriez pas plus souvent ? Bon Ok, ce n'est pas mon fils, le mien aurait été pire :)
Allez Guy !

La photo de famille !

Et pour finir en beauté, la série B !

À l'année prochaine, ou à Nogaro aux Coyotes du mois d'août !


Pas d'accès piste, donc pas de photo en action, désolés pour les pilotes et ceux qui me visitent régulièrement...

Par pur réflexe, j'ai déclenché en passant près de quelques amis, cliquez ici !


Rien à dire sur la route qui menait au sanctuaire du troisième âge...
Si le guidage vers le parking et l'accueil a été sans soucis, avec une entrée Presse, l'accès piste fût beaucoup plus douloureux !
Pendant que certaines séries s'arsouillaient sur la piste, je remontais le long du grillage pour trouver celui qui avait la clé pour ouvrir ce foutu passage. Le premier commissaire m'ayant envoyé voir plus loin si j'y étais, ou plutôt si quelqu'un avait la clé à l'autre bout du circuit. Après un aller/retour, je reviens, les chevilles gonflées (bottes étanches...) et demande au groupe ou se trouve "l'aimable" qui m'a envoyé ailleurs. Et là, hop un p'tit jeune me répond gentiment en m'ouvrant la porte avec sa clé, petit jeune qui pourtant était déjà à côté du balaise qui m'envoya voir sur d'autres rives...
Pour le midi, c'est-à-dire peu de temps après, le temps passe vite quand on arpente inutilement... Donc le midi, les camionnettes ramassent les commissaires et ceux-ci nous invitent, les photographes, à remonter le circuit à pied pour sortir côté stands.
Donc on reprendra systématiquement le chemin des stands pour aller sur la piste, ce qui explique que certaines catégories sont inexistantes.
Puisque l'on parle des choses qui fâchent, certains "cerbères" se sont un peu laissé aller sur des pilotes et/ou mécanos arrivant en pré-gille. On ne dit pas un ancien et respectable pilote qui accompage son fils (les outils à la main) "toi tu dégages". Il suffit simplement de poser la question "qui êtes-vous", respect du client, respect de l'âge, respect de la carrière.
Mon cher Robert, j'ai enregistré en images ta juste colère et il a fallu l'arrivée du chef pour te calmer, et encore, je suis certain qu'une semaine après tu râles (légitimement) encore.
Pendant ce temps, Colette Assante se faisait courtiser par Agostini :)

Colère Colère Explication Détente

Il y a eu aussi de charmantes commissaires, aimables et tout...

N'oublions pas le joyeux bazar pendant la photo traditionnelle des pilotes, il a fallu déclencher par-dessus les collègues. Certains avaient même des appareils jetables, tiens le filtrage est-il perfectible ? Attention les images sont plus larges que d'habitude, non qu'ils aient grossi (quoi que...) mais le nombre oblige, et puis c'est plus facile pour les reconnaître.

Pilotes 1 Pilotes 2 Pilotes 3 Pilotes 4 Pilotes 5

Toutes les photos sont en ligne, on clique sur moi !


La route était longue (Pau-Dijon), il a plu franchement (Lyon), puis très franchement pour ensuite mieux grêler. Et pourtant le sourire du motard heureux était en place, ma nouvelle monture se riait de l'humidité, merci le cardan...
Si certaines informations sont fausses (nom de pilote, machines...), c'est la faute au programme qui avait quelques imprécisions, j'ai compensé là ou je savais, mais je ne sais pas tout, trop jeune certainement :)

Pour accéder aux vignettes de toutes les photos, Cliquez ici...

Visite du parc, impossible de tout photographier tellement le parc est fourni, et un peu les uns sur les autres...
La tendance : une qualité de restauration toujours plus grande.

Matchless Peugeot 1952 Triumph Benelli Ossa

Prégrille...

Dunstall Triumph Norton Harley BSA

Hommes de la manche et sdf...

Ancienne et anciens, l'ancienne est une Harley attelée de 1934, et les anciens (date de naissance indéterminée, mais guère plus jeunes...). De gauche à droite, on reconnaîtra le pilote et le plus jeune (en blouson rouge) Rebert Thierry, avec la casquette : Ron Chandler. Appuyé sur le side, notre maître à tous, photographes, François Beau. Puis Rémy Saget baratinant Madame Guili, il engage toujours une conversation sur la moto et la termine systématiquement une bouteille à la main et plus si affinités... enfin plus voulant dire une caisse de bouteilles ;-)
Ensuite le blondinet (comment, c'est blanc ses cheveux, ah bon...) Henri-Michel Leurette, journaliste photographe qui a immortalisé nombre de pilotes et surtout pour ceux qui l'ont connue, les yeux de Dane Rowe !
Sur cette image, les mêmes, avec un René Guili en plus, à vous de le trouver.

Ici on voit deux anciens, René Guili et Patrick Plisson, René montrant une photo inédite (de votre serviteur) d'une de ses gamelles, au Bol d'Or. Sur la droite, il y a un p'tit jeune qui voudrait aussi avoir une photo de chute, et il vient justement de montrer qu'il savait le faire. Manque plus qu'un photographe à l'affût...


Place aux solos, et à la demande générale, les Honda / Jpx 6...
De suite un commentaire personnel mais très partagé, est-ce la même musique ? Non !
L'instrument n'est pas le même, et le musicien non plus. Si le moteur a une belle musique, il manque les harmoniques qui donnent le frisson à ceux qui ont entendu la vrai Honda 6, pas exactement déçu car ce n'est pas la même machine.
Mais une MV sans Ago, c'est différent aussi, son absence s'entendait et une MV "chante" différemment quand c'est Giacomo qui tourne la poignée !

Les lignes qui précèdent ayant créé une polémique, je pense qu'il est normal de laisser la parole à l'un des créateurs de ce travail, quand même exceptionnel, Julien Charnolé :

“Aujourd'hui, je passe un petit peu de temps sur internet à lire quelques commentaires , parfois décevants pour le travail accompli par toute une équipe. Je prends donc le temps pour répondre et éviter toute frustration. 
En effet, comme me le dit mon ami Guy, Il est très rare de rencontrer quelqu'un qui près de 40 ans plus tard a réussi à mémoriser le son d'un moteur.
Je rappelle que la réplique est celle de la 297cc de 1967/68 (Je précise que la moto sert en 68 aux pilotes car Honda leur prête les motos, après son retrait de la scène des GP).
Je pense également que pour chacun d'entre nous, les différences d'alésage-course des moteurs RC pour l'année 1967, et des prises de régime liées à chaque attelage mobile; ne représentent aucun secret.
Il va de soit que chaque type de rampe (plates, ou rondes) et cornets qui vont avec, sont évidement très différentes d'une 250cc à une 300cc. Je ne parlerai pas de la différence de Ø, qui joue sur la vitesse des gaz, ou plus "musicalement motoriste" sur acoustique moteur.
Pour parler de la réplique estampillée Honda, l'autorisation a été donné pour une 350 1967. Je pense que les cotes du moteur sont dans le centième de l'originale. Du moins tous les efforts ont été fait pour les respecter.
J'ai eu le plaisir de démonter, puis de remonter le moteur référencé, RC 174 E 802, dont la restauration est en cours. Au risque de décevoir une nouvelle fois les "puristes", qui après tant d'année toujours a leur place de spectateur, mieux placés que les pilotes et acteurs d' époque eux- même, juges implacables du travail accompli; même la moto originale n'aura pas le son de l'époque car elle ressemblera trop a la réplique une fois restaurée...
Je ne suis donc pas en mesure de fournir d'explication, peut-être que l'air de 1967 était plus pur...“

En photo également son éminent collègue Christophe Clément, et bien entendu toutes bielles dehors, le vilebrequin de la JPX 6

Honda 6 Honda 6 Honda 6 Honda 6 Honda 6

Passage aux 4 temps, présentation d'une Benelli 350 par Hubert Rigal.

Et la traditionnelle photo de famille :

La photo La photo La photo La photo La photo

Attention, toutes ces images sont © Pierre GABRIELE, aucune utilisation sans un accord écrit de l'auteur...
Aucune utilisation sur Facebook n'est autorisée !

Pour une utilisation autre que personnelle, contactez-moi ici...